Aspartate-aminotransférase (AST)

UNITÉS SI (recommande)

UNITÉS CONVENTIONNELLES



Units of measurement
nkat/l, µkat/l, nmol/(s•L), µmol/(s•L), U/L, IU/L, µmol/(min•L), µmol/(h•L), µmol/(h•mL)

L’aspartate‐aminotransférase (ou glutamate‐oxaloacétate‐transaminase) appartient au groupe des transaminases qui catalysent la réaction de transfert d’un groupe d'acides aminés sur un céto‐acide avec formation d’un nouveau céto‐acide et d’un nouvel acide aminé. L’aspartate‐aminotransférase est très répandue dans les tissus du corps humain. Bien que l’on rencontre les activités les plus élevées dans le myocarde, on trouve des activités significatives dans le cerveau, le foie, le tractus gastro‐intestinal, le tissu adipeux, les muscles squelettiques et les reins.

2 isoenzymes de l’AST ont été détectées, l’une cytoplasmique et l’autre mitochondriale. Le sérum normal ne contient que des isoenzymes cytoplasmiques. En revanche, lors des maladies coronariennes ou hépatobiliaires, le sérum contient les deux formes d’isoenzyme.

Le dosage de l’AST est utile dans le diagnostic, la différenciation et la surveillance des maladies hépato-biliaires, de l’infarctus du myocarde et des lésions des muscles squelettiques. Le dosage de l’AST peut également constituer un des examens médicaux effectués dans de nombreux types de dépistage. Dans certains cas, le dosage de l’AST peut se révéler utile dans la surveillance de l’évolution d’un infarctus du myocarde. Si un infarctus récent est suspecté, l’AST présente une sensibilité diagnostique de 96 % et de 86 % au bout de 12 heures suivant les premières douleurs thoraciques. Le dosage de l’AST peut augmenter en cas d’hépatite virale ou d’autres maladies du foie associées à une nécrose hépatique et présente alors souvent des taux f 20 à 50 fois plus élevés que la normale.

L’augmentation du taux d’activité de l’AST par rapport à l’ALT (quotient AST/ALT de De Ritis) est utile dans la détection d’une lésion hépatique. Un quotient < 1,0 indique une lésion hépatique bénigne et se rencontre particulièrement dans les maladies de nature inflammatoire. Un quotient > 1,0 caractérise une maladie hépatique grave souvent accompagnée de nécrose. Un taux d’AST élevé se manifeste en cas de cirrhose, de cholestase extra-hépatique, de dystrophie musculaire progressive, de dermatomyosite, de pancréatite aiguë, de maladie hémolytique, de gangrène, de lésions musculaires par écrasement et d’embolie pulmonaire.

Le taux d’AST sérique peut être diminué chez les patients dialysés ou présentant une carence en vitamine B6. Cette diminution apparente de l’activité de l’AST peut être due à une diminution du pyridoxal phosphate, groupement prosthétique des AST, conduisant à une augmentation du rapport apoenzyme/holoenzyme. Une légère augmentation du taux d’AST s’observe également parfois à la suite de la consommation d’alcool ou de la prise de certains médicaments tels que la pénicilline, les salicylés et les opiacés.

INTERVALLES DE REFERENCES

Méthode basée sur les recommandations de la Fédération Internationale de Chimie Clinique* (IFCC).

Homme (Adultes) < 50 U/L  0.85 μkat/L
Femme (Adultes)  < 35 U/L  0.60 μkat/L
Nouveau-né 25 − 75 U/L 0.42 − 1.25 μkat/L
Nourrisson 15 − 60 U/L 0.25 − 1 μkat/L

Ce convertisseur d'unités en ligne est un calculateur convertissant les unités traditionnelles en unités internationales et inversément utilisées en biologie médicale. La test Aspartate-aminotransférase (AST) tableau de conversion facteur des unités en nkat/l, µkat/l, nmol/(s•L), µmol/(s•L), U/L, IU/L, µmol/(min•L), µmol/(h•L), µmol/(h•mL) .