Peptide C

UNITÉS SI (recommande)

UNITÉS CONVENTIONNELLES



Synonym
Peptide-C, C Peptide
Units of measurement
pmol/L, nmol/L, ng/mL, ng/dL, ng/100mL, ng%, ng/L, µg/L

Le peptide C est un polypeptide de connexion (C) constitué d'une chaîne unique de 31 acides aminés (positions 33‐63). Sa masse moléculaire est d'env. 3021 daltons.

Au cours de la biosynthèse de l'insuline, le peptide C, généré lors du clivage protéolytique de son précurseur, la proinsuline, est co-sécrété avec l’insuline et stocké dans les granules de sécrétion de l’appareil de Golgi des cellules β pancréatiques. La proinsuline résulte elle‐même du clivage de la pré‐proinsuline.

Le peptide C joue un rôle important dans la connexion structurelle des chaînes A et B de l'insuline et la formation de deux ponts disulfure dans la molécule proinsuline. L'insuline et le peptide C sont secrétés en quantité équimolaire et libérés dans le sang de la veine porte.4 En raison de sa très faible extraction hépatique, la demi‐vie du peptide C est plus longue (environ 35 minutes) que celle de l'insuline (qui est éliminée pour 50 % par le foie). Les concentrations de peptide C sont 5 à 10 fois plus élevées, persistent dans les veines périphériques et sont moins sujettes aux variations que les concentrations d'insuline.

Le peptide C n'est pas métabolisé par le foie mais filtré dans le rein puis dégradé. Une fraction est excrétée sous forme inchangée dans l'urine. La concentration de peptide C dans l'urine est environ 20 à 50 fois plus élevée que dans le sérum. Les concentrations de peptide C sont, de ce fait, élevées en cas d'affection rénale.

Le peptide C a été longtemps considéré comme biologiquement inactif. Cependant, des études récentes ont montré qu'il peut avoir des effets physiologiques et moléculaires, ce qui lui confèrerait donc bien une activité biologique. Il semble qu'un traitement de substitution du peptide C, en co- administration avec l'insuline, pourrait empêcher le développement ou retarder la progression des complications à long terme chez les diabétiques de type 1.

La détermination du peptide C, de l'insuline et de la glycémie sont une aide au diagnostic différentiel de l'hypoglycémie (hypoglycémie factice ou hypoglycémie due à un hyperinsulinisme) et permettent la surveillance et le traitement appropriés des patients. Pour quantifier la sécrétion endogène d'insuline, on mesure le peptide C basal sur des patients à jeun et après des tests de stimulation et de suppression. En raison de la forte prévalence des anticorps anti‐insuline endogène, les concentrations de peptide C reflètent mieux la sécrétion d'insuline pancréatique chez les patients insulino‐traités que l'insuline elle‐même. La détermination du peptide C peut donc être une aide pour l'évaluation d'une fonction résiduelle des cellules β pancréatiques au stade précoce du diabète sucré de type 1, et pour le diagnostic différentiel entre diabète autoimmun latent de l'adulte (Latent Autoimmune Diabetes in Adults, LADA) et diabète de type 2.

Le dosage du peptide C est également utilisé pour évaluer le succès d'une greffe et pour la surveillance de patients après pancréatectomie.

Le peptide C peut être doser dans l'urine si une surveillance continue de l'activité fonctionnelle des cellules β est nécessaire ou si le prélèvement fréquent d'échantillons de sang n'est pas possible (chez l'enfant, par exemple). L'excrétion urinaire du peptide C a été utilisée pour évaluer la fonction pancréatique dans le diabète gestationnel et chez les diabétiques insulino-dépendants (DID) dont le contrôle glycémique est instable.

Si la détermination du peptide C n'est pas nécessaire pour le suivi de routine du diabète, elle constitue un outil intéressant pour les décisions thérapeutiques personnalisées qui sont essentielles pour un contrôle optimal du métabolisme à long terme.

Une augmentation des taux de peptide C peut être due à une activité accrue des cellules β souvent observée lors d'hyperinsulinisme, d'insuffisance rénale et d'obésité.

Une corrélation entre l'augmentation des taux de peptide C et l'hyperlipoprotéinémie ou l'hypertension a été observée.

Une diminution des taux de peptide C est observée dans les cas suivants: jeûne prolongé, hyperglycémie factice, hypoinsulinisme (DNID, DID), maladie d'Addison et après pancréatectomine radicale.