Récepteur soluble de la transferrine (sTfR)

UNITÉS SI (recommande)

UNITÉS CONVENTIONNELLES



Units of measurement
nmol/L, mg/L, mg/dL, mg/100mL, mg%, µg/mL

Le récepteur de la transferrine est une glycoprotéine faisant partie intégrante de la membrane. Son poids moléculaire est de 190 kDa. Il est constitué de deux sous‐unités identiques reliées par des ponts disulfure. Chacun de ces monomères comprend un domaine C‐terminal de 85 kDa qui peut fixer une molécule de transferrine transportant du fer. La protéolyse conduit à la forme soluble du récepteur de la transferrine (sTfR). Dans le plasma, le récepteur soluble de la transferrine se trouve sous forme de complexe avec la transferrine; le poids moléculaire de ce complexe est d’environ 320 kDa. La concentration sérique de sTfR est directement proportionnelle à la concentration du récepteur sur la membrane.

L’acquisition du fer par les cellules de l’organisme est contrôlée par la quantité de récepteurs de la transferrine (TfR) existant à la surface des cellules. Si les réserves intracellulaires sont épuisées (ferritine inférieure à 12 μg/L), il y a davantage de TfR. L’affinité du récepteur de la transferrine pour la transferrine dépend du degré de saturation de ce dernier. Comme 80 à 95 % des récepteurs de la transferrine sont localisés sur les précurseurs de la lignée érythrocytaire, la concentration en TfR (et par conséquent également la concentration en sTfR) reflète les besoins en fer de ces cellules. S’il existe un déficit en fer, la concentration en sTfR dans le sérum augmente avant même que la concentration en hémoglobine soit significativement abaissée. La concentration en sTfR décrit par conséquent le statut en fer fonctionnel, alors que la ferritine reflète les réserves en fer de l’organisme. Une évaluation précise du statut martial peut être obtenue en déterminant l'indice sTfR (rapport sTfR/log de la ferritine).

Comme le taux de sTfR n’est, contrairement à celui de la ferritine, pas influencé par la présence de maladies inflammatoires, d’affections hépatiques aiguës et de tumeurs malignes, il permet de différencier entre anémie des maladies chroniques (AMC) et anémie ferriprive (AF). Des taux élevés de sTfR se rencontrent également en cas de polyglobulie, d’anémie hémolytique, de thalassémie, d’ictère hémolytique congénital de Minkowski- Chauffard (ou sphérocytose héréditaire), de drépanocytose, d’anémie mégaloblastique, de myélodysplasie et de déficit en vitamine B12. Des taux élevés de sTfR se rencontrent au cours de la grossesse lors de carence en fer fonctionnel. Les traitements par l’érythropoïétine humaine recombinante peuvent être suivis par des dosages de sTfR.

Ce convertisseur d'unités en ligne est un calculateur convertissant les unités traditionnelles en unités internationales et inversément utilisées en biologie médicale. La test Récepteur soluble de la transferrine (sTfR) tableau de conversion facteur des unités en nmol/L, mg/L, mg/dL, mg/100mL, mg%, µg/mL.